Dans Le Camp « Wegekreuz » De La Compagnie Médicale 50

Avant de gravir la petite colline de la route ST..., qui montre pour la première fois les positions françaises à l'œil scrutateur en direction du sud, nous traversons quelques petites forêts de conifères à droite et à gauche du chemin. A l'intersection du chemin de terre menant à M. et de la route, la Compagnie Sanitaire 50 a installé son campement pour effectuer son œuvre samaritaine au plus près de la ligne de front.
En à peine une heure de trajet tranquille, les blessés peuvent être amenés ici par les plongées depuis les zones de combat, ce qui est important et décisif lorsque le temps pour l'intervention salvatrice de l'art médical se mesure en minutes. Entrons maintenant dans le camp, après avoir acheté au préalable le dernier quotidien dans la boutique Bach bien achalandée de la rue.


Nous voyons avec étonnement, c'est le "Kölnische Zeitung" du même jour. Le soldat qui se trouve devant le poste de garde demande une réponse suffisante à son "Qui êtes-vous ?" et "Où"allez-vous ?, car il n'y a pas de place pour la curiosité dans le principal Poste de secours où nous nous trouvons maintenant. L'entrée dans les baraques des blessés et des malades n'est autorisée qu'avec l'accord du médecin. Le repos est ici le premier devoir civique et plus d'un, après le concert infernal des mines et des canons, s'est senti enveloppé par le bienfait de la paix de la forêt et de la douceur du campement, a dormi sereinement pendant des jours de repos ininterrompu.


Nous nous trouvons maintenant devant la salle de réception, un bâtiment d'État construit par des mains expertes en ciment et en argile. Le haut toit à pignon fait de planches de ciment, le sol en pierre et les murs soigneusement lambrissés font que le visiteur s'interroge dubitativement sur ce bâtiment, qui convient à n'importe quel hôpital local. La salle accueille les nouveaux arrivants qui ont besoin d'aide jusqu'à ce que l'œil examinateur du médecin décide de leur sort futur. Les blessés légers sont généralement acheminés vers les hôpitaux de guerre par le train circulaire qui passe chaque jour, tandis que ceux auxquels l'opérateur doit apporter des soins immédiats sont conduits sans séjour prolongé dans la salle de pansements. Ce grand bâtiment en bois semble presque presque vous inviter avec ses murs blanchis à la chaux, sa toile de linoléum (offert avec amour par l'usine de linoléum Delmenhorster), ses tables d'opération et équipements brillants, surtout lorsque la lumière aveuglante de l'acétylène éclipse tout.

Une pièce adjacente abrite l'apothicairerie ; l'œil et le nez saluent les rangées bien connues de bouteilles, de pots et de fioles au parfum épicé. La science a triomphé du corps frêle, alors les lits des baraques de Döcker, recouverts de lin propre, font signe à l'épuisé, et les mains expertes des gardes-malades le prennent en charge avec douceur, presque comme une femme. Une couronne de tonnelles, faites de troncs de bouleau et décorées avec art d'ampoules et de figures variées, encadre aimablement la salle qui a apporté à certains la première certitude réconfortante d'une guérison miraculeuse. La longue "Kaiser-Wilhelm-Strasse" mène de la place principale de bandages au camp de la compagnie. Des deux côtés se trouvent d'abord les appartements des officiers et des médecins ; derrière les rideaux blancs, on respire un confort douillet. Les bâtiments individuels construits à partir de parcelles de terre ressemblent à de petites maisons croquantes, sur lesquelles les fleurs des champs colorées hochent rarement la tête au vent. D'autres maisonnettes construites avec des troncs d'épicéa, parmi lesquelles le spacieux "casino", ressemblent à de mystérieuses cabanes de bergers. Chaque jour, une quinzaine de personnes se réunissent autour de la table, et plus d'un résident a pu apprécier la convivialité. La tonnelle associée, à côté d'un potager productif dans lequel haricots, laitues, radis et autres plantes utiles ondulent de manière invitante au spectateur, est également le témoin de nombreuses heures heureuses où le bruit de la guerre est oublié.


Les murs de la "cave d'Auerbach", un long bâtiment à moitié enterré dans lequel cinq célibataires se sont associés pour former un joyeux groupe de copains, ont également été le théâtre de rires joyeux. En remontant la Kaiser-Wilhelm-Strasse, on aperçoit à droite et à gauche la "Kompagnie Lichtbild"-Anstalt", l'aumônerie de campagne et la "Haus Fried", l'appartement du commandant du camp. C'est également ici que se dresse le monument "Fleck-Ruhe", un grès sans prétention que le sculpteur de l'entreprise a décoré de décorations naïves et sincères. L'Aar allemand, fait de pierre blanche de Champagne, de brique et de charbon sur une pelouse verte, déploie ses ailes avec puissance.


En quittant le camp des officiers, la vaste "Kaiser-Wilhelm-Platz" nous salue avec son agréable salle de lecture et de chant. Dans la salle de lecture, outre les derniers journaux et magazines, les membres de la compagnie disposent d'une riche bibliothèque et de matériel d'écriture. Dans la salle de chant, le chœur de la compagnie, composé de 38 belles voix d'hommes, réjouit l'oreille reconnaissante et pimente les soirées avec des chants joyeux. Chaque spectateur est ravi par cette expression diversifiée de notre vie émotionnelle allemande, tant blasphémée, mais tant admirée.


Les maisons en rondins se succèdent dans la rue ; chacune est en noble compétition par les habitants, à l'architecture particulière empruntée au terroir ancestral. Il y a une « Haus Westfalen » avec une « Porta Westfalica », dans le pur style des fermes westphaliennes ; Il y a aussi une devise au-dessus de l'entrée, qui recommande la maison et ses occupants à la protection du Très-Haut. La "Haus Rheinland" qui se trouve à côté a son agréable toit à pignon aussi audacieux et léger que la modération des enfants doués avec un confort chaleureux. La séparation entre le salon et la chambre permet de confirmer le sens artistique dans toutes sortes de choses, et on s'étonne de la simplicité avec laquelle les sièges, les tables et les salons sont savamment préparés. Toutes les fleurs qui pourraient encore être sauvées ravissent les yeux sous forme de parterres de fleurs et de décorations de fenêtres. Sur ces dernières, elles sont généralement plantées correctement dans des boîtes de conserve.


Ces images amicales de la sensualité et du sens de l'ordre allemand n'ont pas été ressenties par nos ennemis - elles n'indiqueraient pas que nous ne sommes qu'à quelques kilomètres des foyers ennemis, elles ne nous avertiraient pas des abris construits dans chaque habitation qui assurent une protection contre des éclats d'obus et à la gravité du lieu et de l'époque.


Si nous quittons maintenant la Kaiser-Wilhelmstrasse, dont l'extrémité à l'est se trouve le "Proviantamt" et la cuisine (avec une grande poêle à frire, qui orne chaque cuisine d'hôtel), nous sommes accueillis à droite par la place de l'église avec une balustrade en bouleau et la gracieuse chapelle. Entièrement doublée de tissu blanc, encadrée de mousse verte sous des bouleaux argentés et couronnée d'un clocher aérien, la modeste église remplit dignement son noble objectif. Il y a ici des heures de sainte dévotion. Le dimanche, généralement sous le tonnerre des canons proches, personne ne peut échapper à l'impression puissante des paroles prononcées dans un tel endroit. Et quand le "Te deum laudamus" rugit dans le camp à la fin de chaque service, je peux être sûr que ce chant sublime envoûtera tous les hommes.


Jetons maintenant un rapide coup d'œil au camp canin, où les chiens sont hébergés dans 8 cabanes élégantes, au "Feldpostanstalt", où le maître de poste Müller, nommé directeur de poste, mène ses vastes opérations, et à la "Feldreichsbank". ", le quartier général du payeur toujours bienvenu, et enfin dans la boutique conviviale du "toiletteur de cheveux et de barbe Heinrich Bolten de Düsseldorf", construite dans un vieux chariot français, nous avons épuisé les curiosités du camp et nous tournons maintenant vers les vaste abris et écuries.


Mais arrêtez! Il ne faut pas passer négligemment devant le « grand magasin Flocke ». Le soldat peut tout acheter ici, sous forme liquide ou solide. De la limonade savamment mélangée à la carte postale du camp, en sept exemplaires. La cave spacieuse et fraîche, située à plusieurs mètres sous terre, révèle que Gambrinus compte ici aussi sa fidèle communauté. En fait, le Dortmunder Hansabräu servi ici ne pourrait pas avoir meilleur goût dans la capitale de la bière de Westphalie. Les excédents de cette société commerciale alimentent un fonds d'aide et de soutien constitué pour les membres de la société, qui apporte une assistance étendue en cas d'urgence ou de maladie. Le camp de l'équipe d'entraînement forme une grande place autonome avec son propre poste de garde, un point de collecte des civières et une infirmerie. Trois grandes écuries avec une large allée accueillent les chevaux d'équitation et de trait. Derrière la salle à calèches allongée, dans laquelle tous les véhicules sont protégés mais prêts à être utilisés immédiatement, se trouve le vaste manège où les chevaux s'ébattent chaque jour. Le matériel agricole mis en place témoigne de la participation à l'usage diversifié des terres occupées. Un champ de pommes de terre de près de 25 ares et les meules de foin à proximité immédiate du camp sont les signes visibles du travail accompli avec tant de joie par notre peuple.Le gymnase aménagé dans le camp, doté de toutes sortes d'équipements et de divertissements, sert à se détendre et à s'amuser pendant les heures de loisirs. Il y a un véritable boulodrome en béton, une « cabine de consolation » où l'on peut calmer sa colère avec des lancers forts contre les Anglais, les Français, les Russes et les Italiens, etc. L'établissement de bains propre et la buanderie d'entreprise attenante, dans lesquelles chacun fait nettoyer et, s'il le souhaite, repasser son linge pour de l'argent bon marché, en sont la preuve. L'eau de ces installations est fournie par le puits qui a été construit par les équipes de l'entreprise et qui fournit l'eau tant convoitée à une profondeur de 35 m. Les environs de l'établissement balnéaire ont été aménagés en un espace d'air et de bronzage, qui offre au corps rafraîchi des plaisirs paradisiaques pendant des heures. Avec un zèle joyeux, la compagnie entreprit de capturer les trois sources bouillonnantes sur le chemin de Manre, dans le "Engelbrechten-Grund", et de les fournir comme lieu de baignade pour toutes les troupes.

Le gymnase aménagé dans le camp, doté de toutes sortes d'équipements et de divertissements, sert à se détendre et à s'amuser pendant les heures de loisirs. Il y a un véritable boulodrome en béton, une « cabine de consolation » où l'on peut calmer sa colère avec des lancers forts contre les Anglais, les Français, les Russes et les Italiens, etc. L'établissement de bains propre et la buanderie d'entreprise attenante, dans lesquelles chacun fait nettoyer et, s'il le souhaite, repasser son linge pour de l'argent bon marché, en sont la preuve. L'eau de ces installations est fournie par le puits qui a été construit par les équipes de l'entreprise et qui fournit l'eau tant convoitée à une profondeur de 35 m. Les environs de l'établissement balnéaire ont été aménagés en un espace d'air et de bronzage, qui offre au corps rafraîchi des plaisirs paradisiaques pendant des heures. Avec un zèle joyeux, la compagnie entreprit de capturer les trois sources bouillonnantes sur le chemin de Manre, dans le "Engelbrechten-Grund", et de les fournir comme lieu de baignade pour toutes les troupes de la 50ème Division d'Infanterie.


Après des semaines de travail, un lieu confortable a été créé à partir du marais qui, avec sa piscine alimentée par la "Sela-Spring" aux eaux cristallines, a offert des milliers de rafraîchissements lors des chaudes journées d'été.

Avant de quitter le camp, nous visitons le cimetière niché dans les buissons forestiers, où plusieurs centaines de courageux camarades reposent dans leur sommeil éternel. Les simples croix de bois, souvent ornées de décorations artistiques surprenantes, et les monuments de pierre récemment érigés parlent un langage émouvant pour le spectateur et sont des symboles de la terrible lutte humaine qui a eu lieu et se déroule encore lors de la bataille hivernale de Champagne, non loin du camp. L'inscription sur la pierre commémorative simple et digne que la compagnie a dédiée à ses chers camarades reflète les sentiments que nous éprouvons tous pour les héros qui reposent ici :
« Après avoir combattu pour l'empereur et la patrie, les fils de toute l'Allemagne reposent ici ;Nous qui vivons, levons la main pour jurer :Nous nous battrons et tomberons comme eux. »

Les cimes des pins voisins bruissent le récit épique des héros dont l'histoire a gravé la renommée sur ses tablettes avec un stylet en bronze ; mais aussi ceux qui, en silence et en silence, ont versé le sang de leur cœur pour la patrie, n'en sont pas moins dignes que la postérité rende hommage à leur nom.
Oberleutnent P.


Source : Champagne Kriegszeitung, 1er septembre 1915.
Traduit de l'allemand par Claude Herrgott.