Installations De Bien-être Pour Les Troupes En Campagne

Caché aux regards des passants, du côté de la Coblenzer Strasse à Vouziers, en contrebas de l'Aisne, se trouve le lavoir du régiment de cuirassiers français, qui était hébergé dans la même ville en temps de paix capable de fournir du linge aux troupes.Notre direction de terrain a transformé cetteinstitution en une blanchisserie capable de fournir du linge aux troupes.

Pour ce faire, les petits fourneaux et machines à laver ont dû être remplacés par des collecteurs d'énergie plus grands. Au début, avec hésitation, puis volontairement et régulièrement, les troupes livraient leur linge et le recevaient ensuite fraîchement lavé au bout de 8 à 10 jours.Lorsqu'ils ont décidé de construire une salle de raccommodage à côté de la buanderie, dans laquelle le linge déchiré était raccommodé, les bas reprisés et les boutons déchirés cousus, l'entreprise s'est considérablement développée, ce qui a dû être pris en compte en achetant des machines supplémentaires. Cette expansion a également rendu difficile pour l'institution de fournir du linge aux hôpitaux du corps dans des cas particuliers. De tels faits se sont produits lors d'opérations majeures sur le front et lors de perturbations opérationnelles à la blanchisserie de l'hôpital de guerre stationné à Vouziers. Dans des conditions normales, la buanderie est très fréquentée, les troupes livrent la blanchisserie entreprise ou bataillon par compagnie, elle est lavée, raccommodée et reprisée puis reçue à nouveau prête à l'emploi au bout de 8 jours.

Mais que se passe-t-il si une troupe doit soudain partir ? Leur nouvelle position est alors souvent si éloignée qu'un envoi ultérieur est impossible. En outre, comment les détachements qui ne peuvent pas remettre leur linge à l'entreprise peuvent-ils obtenir du linge propre ?

La réponse est donnée par la laverie. Le service d’échange de linge est disponible. Cette institution devait naître de petits débuts. Mais pour échanger le linge sale de compagnies, voire de bataillons de 150 à 200 personnes par jour contre du linge propre et réparé, il faut de gros stocks. Où les trouver ? Un bureau d'échange n'est pas une institution budgétisée, les demandes par voie de service ne peuvent donc pas être faites. Et pourtant, quiconque a vu le grand trafic dans le centre d'échange est étonné par les stocks importants de linge. Ceux-ci sont en fait sortis de nulle part. Il s'agit pour la plupart d'objets déjà utilisés par les troupes, et du linge a également été récupéré dans les quartiers abandonnés.Lors du trajet depuis le front, des conducteurs ramassaient régulièrement le linge jeté par leurs camarades et le remettaient à la blanchisserie du corps pour qu'il soit recyclé. A côté de ces nombreuses tours de lavage construites par le sens économique des camarades, il y en a aussi qui sont le fruit de dons d'amour. Lorsque Vouziers est devenu un point de collecte des blessés de la bataille de septembre, le point d'échange de linge a pu approvisionner les hôpitaux à partir des stocks collectés afin que les blessés puissent être transportés avec du linge propre. Tout comme le linge doit être utilisé avec parcimonie en raison de la pénurie de laine et de coton à la maison, aucun camarade ne devrait jeter un linge sale sur le terrain. Entre les mains de l'installation de lavage du corps, elle sera à nouveau utilisable par les troupes.
Ayant atteint le sommet de sa performance, la laverie a dû être confiée à un autre corps à la fin de l'automne de l'année dernière. La perte aurait été supportable si les nouveaux bâtiments avaient été équipés d'installations identiques ou au moins similaires et presque aussi efficaces que celles laissées à Vouziers.


Ce n'était pas le cas. Mais à un endroit de notre district actuel, de modestes débuts ont été trouvés pour une nouvelle installation. Heureusement, les conditions préalables à un fonctionnement efficace étaient réunies : l'eau, l'électricité et les locaux étaient disponibles. L’État allemand a fourni les machines nécessaires et en quelques jours seulement, une nouvelle laverie a été construite, encore plus performante que celle de Vouziers. Il sera intéressant pour les camarades de savoir comment leur linge de corps est traité dans la blanchisserie.

Le linge apporté par les troupes est d'abord trié, car celui en couleurs doit être lavé séparément des autres articles en raison des taches. Après le tri, le linge est trempé dans de l'eau savonneuse et après quelques heures le lavage commence à l'aide des grandes machines représentées sur la photo. Le linge est exposé ensuite pendant une demi-heure sous de la vapeur chaude. Sous l'effet de la vapeur, tous les germes pathogènes et toute la vermine sont éliminés. À partir de la machine à laver, qui est configurée de manière à non seulement éliminer la saleté, etc. du linge avec de l'eau savonneuse forte, mais aussi à le rincer soigneusement à l'eau claire, le linge passe dans une grande essoreuse, qui peut également être vue sur la photo. La quasi-totalité de l'eau est ainsi filtrée ; l’assèchement est alors effectué dans une grande salle de séchage à vapeur.

De là, le linge à la salle de réparation. Là, Là, chaque pièce est refaite. Les  boutons manquants sont recousus, les  vêtements déchirés sont rapiécés, ce  qui ne peut pas être réparé est  découpé et sert de pièce de rechange.  Après un contrôle minutieux, le linge  est roulé ou repassé puis envoyé vers la  salle de tri illustrée sur la photo, d'où il  est acheminé vers le front. Les articles en laine, en particulier les bas, nécessitent un traitement sensiblement différent de celui du linge lui-même. Les objets en laine ne peuvent pas être travaillés à forte vapeur car on y trouve souvent de la vermine. C'est pourquoi les bas et tous les autres articles en laine sont traités avec un liquide désinfectant puissant qui détruit les germes et la vermine. Les articles en laine trop déchirés et non réparables sont dissous et la laine obtenue est utilisée pour le rembourrage.

Si l'installation de la laverie s'est déroulée sans problème, l'atelier de réparation a d'abord présenté de plus grandes difficultés. Comme en Allemagne, c'est pareil ici en France : différentes villes, différentes filles. Les femmes et les filles de Vouziers étaient toutes des couturières qualifiées. En revanche, dans le nouvel atelier de raccommodage, il a fallu apprendre à raccommoder et à repriser aux Françaises qui, en temps de paix, travaillent dans une filature et ne connaissent que les travaux qui y sont nécessaires. Les camarades peuvent juger par elles-mêmes si les Françaises ont appris quelque chose en regardant leur linge.


Les conversations et les chants bruyants sont connus pour perturber l’apprentissage, pourquoi a-t-il fallu les interdire ? C'est là que les dames s'ennuyaient chez nous. Cela n’a pas apporté le bon esprit dans l’atelier de réparation. Il a donc fallu apporter une certaine stimulation. De bons amis silencieux semblaient être la bonne chose. Un jour, nous avons réussi à recruter des tailleurs russes capturés pour l'atelier de raccommodage. Elles ont fait cohabiter leur point de travail avec celui des Françaises, et avec cela un véritable mélange d'esprit de travail est entré dans l'atelier de raccommodage. Français et Russes ne se cachent pas et pourtant ils se comprennent. Mais même si, comme cela est possible en couture, de nombreux fils sont tirés chaque jour, aucun n'est évidemment assez long pour relier les cœurs si la distance culturelle est trop grande. Nos seuls intérêts sont donc que Russes et Françaises travaillent en commun pour nos troupes.


Un poste d'échange de linge est également rattaché à la nouvelle buanderie du corps. La photo montre l'arrivée de la "clientèle". S'il y a une entreprise à laquelle la clientèle reste fidèle, c'est bien notre bureau d'échange de linge. Avant sa construction, les gens confiaient leur linge aux blanchisseuses françaises. Pour cela, il fallait payer des prix relativement élevés, sans compter les fréquents et inutiles déplacements chez la blanchisseuse. Comme c’est différent aujourd’hui ! L'homme remet simplement son linge sale et reçoit immédiatement en retour du linge propre. L'échange se déroule généralement sans problème. Ce n'est que de temps en temps que l'on observe une baisse. Cela vient des "anciens". Une femme a envoyé à son mari une nouvelle chemise, une - comme elle l'écrit - très bonne. Mais même les très bonnes chemises se salissent et c'est une décision difficile de rendre la très bonne chemise et d'en recevoir une autre en échange.