La question du pain en Allemagne

Elle ne tardera pas à se poser et la population de l'empire germanique connaîtra bientôt les tortures de la faim, si la contrebande est sérieusement enrayée, comme permettent de l'espérer les dernières mesures ordonnées dans les pays neutres.

Les statistiques officielles allemandes et austro-hongroises laissent montrer que le la récolte de 1914 correspond à un stock de céréales qui ne permet la nourriture normale de l'empire que pendant huit mois ou huit mois et demi au plus. Le déficit de la production sur la consommation est en effet de 54 millions de quintaux.

Même si la prescription imposée aux boulangers de mêler à leur farine 20 % de fécules de pommes de terre ne permettra pas. aux sujets de Guillaume II d'éloigner le spectre de la faim, puisque la récolte de pommes de terre est en déficit cette année, sur l'an dernier, de 91 millions de quintaux.

Si donc l'Allemagne est effectivement isolée du reste du monde par le blocus que les escadres anglo-françaises établissent le long des côtes et par une surveillance accrue organisée aux frontières terrestres par les neutres, l'Allemagne, dès le mois d'avril (1915) ou même plus tôt peut-être, sera obligée de rationner le pain.

Bulletin des Armées de la République, décembre 1914.

En Allemagne :